À Brégançon, Macron et Poutine vont jouer au chat et à la souris

On peut contester l’existence du G7, censé réunir les plus anciennes puissances économiques : États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Italie, Japon, Allemagne et France.

Une organisation à forte influence anglo-saxonne, comprenant des pays européens et le Japon, dont on connaît les liens avec les Américains. 

La Russie en a été exclue, en 2014, après l’annexion de la Crimée. 
Pas question d’y admettre la Chine ni des pays émergents qui pourraient bientôt damer le pion aux puissances traditionnelles.
C’est la France qui présidera, cette année, le sommet réunissant à Biarritz, du 24 au 26 août, les chefs d’État et de gouvernement du G7. 
Une occasion, pour Macron, de se mettre en valeur pour briller comme le Roi-Soleil. 
À ce qu’il croit, du moins, car son œuvre, jusqu’à présent, ne laisse pas de souvenir impérissable. Mais c’est le propre des nains politiques de se prendre pour des géants capables d’inverser le cours du monde.

info http://by-jipp.blogspot.com/