Angelina Jolie

Angelina Jolie, née le 4 juin 1975 à Los Angeles, est une actrice, réalisatrice, scénariste, productrice, mannequin, philanthrope, écrivaine et ambassadrice de bonne volonté américano-cambodgienne.

 

Angelina Jolie commence sa carrière lorsqu’elle décroche son premier rôle principal, celui de Casella Reese aussi surnommée « Cash », dans le film à petit budget Glass Shadow. Le succès du film n’étant pas au rendez-vous, Angelina se dit « déçue d’avoir fait autant d’effort pour si peu ».

En 1993, elle joue également dans un second film à petit budget, Cyborg. À la suite d’un rôle secondaire dans le film indépendant Without Evidence, l’actrice joue le rôle de Kate Libby aussi surnommée « Acid Burn » dans son premier film hollywoodien, Hackers (1995), sur le tournage duquel elle rencontre son premier mari, Jonny Lee Miller. The New York Times écrit : « Kate (Angelina Jolie) s’est démarquée. […] Malgré les attitudes mornes, exigées par ce rôle, Mme Jolie a le doux regard de chérubin de son père, Jon Voight. Le film est un échec au box-office, mais devient un film culte après sa sortie en vidéo. »

Dans le road movie Mojave Moon (1996), elle interprète une jeune fille, Eleanor Rigby, qui rabat le personnage de Danny Aiello sur sa mère. Elle joue le rôle de Gina Malacici dans la comédie romantique Love Is All There Is (1996), une adaptation moderne et de façon assez libre de Roméo et Juliette, mettant en opposition deux familles italiennes rivales dans le Bronx, à New York. En 1996, Angelina Jolie joue également le rôle de Margret « Legs » Sadovsky, une des cinq jeunes filles rebelles au centre du film Foxfire.

En 1997, Angelina Jolie est la vedette, avec David Duchovny, du thriller Le Damné (Playing God), qui se déroule à Los Angeles. Le film n’est pas bien reçu par la critique, et Roger Ebert écrit que « Angelina Jolie présente un certain enthousiasme dans un genre de rôle qui est habituellement difficile et agressif ; elle a l’air trop gentille pour être la petite amie [d’un criminel]. » Elle apparaît ensuite dans le téléfilm Sœurs de cœur, un drame historique se déroulant dans l’Ouest américain, tiré du livre de Janice Woods Windle. La même année, elle est présente dans le clip vidéo du single Anybody Seen My Baby?, des Rolling Stones.

La carrière au cinéma d’Angelina Jolie prend un nouvel élan après son interprétation de Cornelia Wallace dans le film biographique de 1997 George Wallace, pour lequel elle remporte un Golden Globe et est nommée pour un Emmy Award. Gary Sinise y joue le rôle du gouverneur de l’Alabama George Wallace. Le film, réalisé par John Frankenheimer, est salué par la critique et reçoit notamment le Golden Globe de la meilleure mini-série ou du meilleur téléfilm. Angelina Jolie y joue la seconde femme de l’ancien Gouverneur ségrégationniste qui est victime d’une tentative d’assassinat en 1972, durant la campagne pour l’élection présidentielle, ce qui entraîne sa paralysie.

En 1998, Angelina Jolie joue dans le téléfilm Femme de rêve, diffusé sur la chaîne HBO, mettant en vedette le top modèle Gia Carangi. Le film dépeint un monde baignant dans le sexe et la drogue, et raconte la destruction de la vie et de la carrière de Carangi, qui est toxicomane, et de sa maladie, celle du SIDA. Vanessa Vance de Reel.com écrit « Angelina Jolie a obtenu une grande reconnaissance grâce à son rôle de Gia, et on voit facilement pourquoi. Jolie est intense dans son interprétation — mêlant nervosité, charme et désespoir. » Pour la deuxième année consécutive, Angelina Jolie remporte un Golden Globe Award et est nommée pour un Emmy Award. Elle remporte également son premier Screen Actors Guild Award. Conformément à la méthode de Lee Strasberg, Angelina Jolie préfère rester dans son personnage entre deux scènes lors de plusieurs de ses premiers films, et acquiert donc la réputation d’être une actrice difficile à gérer. Après Femme de rêve, Angelina Jolie va à New York et interrompt sa carrière d’actrice pour une courte période, pensant qu’elle n’a « plus rien d’autre à donner ». Elle s’inscrit à l’Université de New York pour étudier la réalisation et prend des cours pour devenir scénariste. Elle déclare que cette époque a été « une bonne période pour se recueillir sur elle-même » dans Inside the Actors Studio.

Elle revient au cinéma pour interpréter Gloria McNeary dans le film de 1998 Urban Jungle et apparaît la même année dans La Carte du cœur, pour jouer aux côtés de Sean Connery, Gillian Anderson, Ryan Phillippe et Jon Stewart. Le film reçoit des critiques plutôt positives. Le jeu d’actrice d’Angelina Jolie est notamment salué et elle se voit décerner le Breakthrough Performance Award du National Board of Review.

En 1999, elle est à l’affiche de la comédie dramatique Les Aiguilleurs, réalisée par Mike Newell, avec John Cusack, Billy Bob Thornton et Cate Blanchett. Angelina Jolie y joue la femme séduisante de Thornton. Le film reçoit un accueil mitigé de la part des critiques, et le personnage de Jolie est particulièrement épinglé. The Washington Post écrit « Mary (Angelina Jolie), une création de scénariste grotesque d’une femme libre d’esprit qui se lamente sur la mort de ses hibiscus, porte une collection de bagues turquoises et se sent seule quand Russell passe des nuits entières loin de la maison. » Elle tourne ensuite avec Denzel Washington dans Bone Collector (1999), adaptation cinématographique du roman de Jeffery Deaver. Elle y tient le rôle d’Amelia Donaghy, une policière hantée par le suicide de son père, et qui va aider Denzel Washington à contre-cœur dans sa traque d’un tueur en série. Le film engendre 151 millions de dollars de recettes au niveau mondial, mais reçoit un mauvais accueil de la part de la critique. Le Detroit Free Press conclut : « Jolie, tout en étant toujours délicieuse à regarder, n’est tout simplement et malheureusement pas adaptée au rôle. » Angelina Jolie obtient le rôle secondaire de la sociopathe Lisa Rowe dans Une vie volée (1999), un film narrant l’histoire d’une malade mentale, Susanna Kaysen, et qui est adapté de l’autobiographie de Kaysen, sortie en 1993. Alors que Winona Ryder y joue le personnage principal, espérant faire un retour en force, le film marque plutôt la percée définitive d’Angelina Jolie à Hollywood. Elle remporte son troisième Golden Globe Award, son deuxième Screen Actors Guild Award et un Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

En 2000, Angelina Jolie apparaît dans son premier blockbuster estival, 60 secondes chrono, film dans lequel elle joue Sarah « Sway » Wayland, l’ex-petite amie du braqueur de voitures interprété par Nicolas Cage. Elle y tient donc un petit rôle et le Washington Post critique le fait que « tout ce qu’elle fait dans le film » est de la figuration. Elle explique que ce film a été pour elle un soulagement, après le rôle difficile de Lisa Rowe. Il devient son plus gros succès au box-office jusque-là, rassemblant 237 millions de dollars à l’international.

Au début des années 2000, les films d’Angelina Jolie, malgré la reconnaissance de ses talents de comédienne, ne sont pas tous de grands succès commerciaux. Le triomphe commercial de Lara Croft : Tomb Raider achève de faire d’elle une célébrité internationale. Pour cette adaptation au grand écran du jeu vidéo Tomb Raider, Angelina Jolie doit adopter un accent britannique et se soumettre à une formation approfondie d’arts martiaux, afin de pouvoir jouer le rôle principal du film, celui de Lara Croft. Elle est félicitée pour ses performances physiques, mais le film recueille des critiques essentiellement négatives. Slant Magazine écrit : « Angelina Jolie est née pour le rôle de Lara Croft », mais critique ensuite le réalisateur du film, Simon West. Le film est toutefois un succès international et engrange 335 millions de dollars de recettes mondialement.

Angelina Jolie joue ensuite face à Antonio Banderas dans Péché originel (2001), où elle incarne une jeune femme américaine, Julia Russell. Péché originel, thriller tiré du roman Valse dans les ténèbres écrit par William Irish en 1947, reçoit un accueil désastreux de la part de la critique. The New York Times écrit : « L’histoire plonge plus bas que le décolleté de Madame Jolie. » En 2002, elle joue le rôle de Lanie Kerrigan dans 7 jours et une vie, un film axé sur une journaliste de télévision ambitieuse qui apprend qu’elle va mourir dans une semaine. Le film est mal reçu par la critique, bien que la prestation d’Angelina Jolie ait suscité de bonnes réactions. Paul Clinton, de CNN, fait remarquer que « Jolie est excellente dans son rôle. En dépit des nombreuses maladresses de scénario au milieu du film, cette actrice oscarisée est très crédible dans son voyage vers la découverte de soi et de la réelle signification d’une vie bien remplie. »

Angelina Jolie reprend son rôle de Lara Croft dans Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie, en 2003. Le berceau de la vie, qui n’a pas été aussi rentable que le premier épisode, réunit 156 millions de dollars au box-office mondial. La même année, l’actrice apparaît dans Sans frontière, un film axé sur les problèmes humanitaires en Afrique. Tout en reflétant l’intérêt réel d’Angelina Jolie pour l’aide humanitaire, le film échoue autant sur le plan critique que commercial. En 2004, Angelina Jolie joue aux côtés d’Ethan Hawke dans Destins violés. Elle y incarne Illeana Scott, une agente spéciale du FBI envoyée à Montréal pour tenter de pénétrer l’esprit d’un tueur en série. L’accueil critique du film est mitigé et The Hollywood Reporter conclut : « Angelina Jolie joue un rôle qui ressemble à quelque chose qu’elle a déjà fait, mais elle ajoute ainsi une touche unique d’excitation et de glamour. »

Elle est la voix de Lola dans le film d’animation Gang de requins (2004) et fait une brève apparition dans le film de science-fiction de Kerry Conran, Capitaine Sky et le Monde de demain, qui présente la particularité d’avoir été entièrement tourné sous fond bleu. Toujours en 2004, Angelina Jolie incarne Olympias dans Alexandre, un film biographique d’Oliver Stone centré sur la vie d’Alexandre le Grand. Le film est un échec au box-office national, Stone attribuant sa mauvaise réception à la désapprobation de la représentation de la bisexualité d’Alexandre, mais il réussit au niveau international, avec des recettes de 139 millions de dollars hors États-Unis.

Le seul film d’Angelina Jolie durant l’année 2005 est la comédie d’action Mr. et Mrs. Smith. Le film, réalisé par Doug Liman, narre l’histoire d’un couple dans lequel chacun va se rendre compte que l’autre est également tueur à gages. Angelina Jolie y joue Jane Smith, mariée à John Smith, incarné par Brad Pitt. Le film reçoit des critiques moyennes mais est généralement salué pour le jeu des deux acteurs principaux. Eric Coubard, de Brazil, écrit « peu importe les éternelles cascades, sempiternelles explosions et diverses situations irréelles, ce film marche grâce au cabotinage de Brad Pitt et à la séduction d’Angelina Jolie. » Le film recueille 478 millions de dollars à l’international, l’un des plus grands succès de l’année 2005. Elle apparaît ensuite dans un film réalisé par Robert De Niro, Raisons d’État, qui a pour sujet les débuts de la CIA vus à travers le regard d’Edward Wilson, joué par Matt Damon. Jolie y tient le rôle secondaire de Margaret Russell, la femme de Wilson, que celui-ci néglige quelque peu. Selon The Chicago Tribune, « Angelina Jolie est de plus en plus convaincante au fil du temps, et est allègrement indifférente à la façon dont son personnage fragile s’est attiré la sympathie du public. »

Filmographie

Laisser un commentaire