Ce que l’on sait du crash du Boeing 737

  • Un crash peu après le décollage

L’avion, un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines, avait décollé avant l’aube de l’aéroport international Imam-Khomeini de Téhéran en direction de Kiev, selon l’agence iranienne semi-officielle Isna.

Il s’est écrasé sur des terres agricoles à Khalaj Abad dans le district de Shahriar, à environ 45 kilomètres au nord-ouest de l’aéroport, selon des médias d’Etat.

  • 176 morts

Les autorités avaient peu d’espoir dès les premières nouvelles de l’incident. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé sur Facebook que 

« selon les données préliminaires, tous les passagers et membres d’équipage sont morts ».

Le chef de la diplomatie ukrainienne, Vadym Prystaïko, a indiqué que 82 Iraniens et 63 Canadiens se trouvaient à bord. Onze Ukrainiens (deux passagers et neuf membres d’équipage), dix Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques s’y trouvaient également, a-t-il précisé.

  • Les causes de l’incident encore floues

Malgré ce récent contrôle technique, l’ambassade ukrainienne en Iran a mis en cause « une panne d’un moteur de l’appareil due à des raisons techniques », disant exclure « la thèse d’un attentat terroriste », avant de retirer ce passage de son communiqué.

Le crash a vraisemblablement été causé par « des difficultés techniques », a indiqué PressTV, la télévision d’Etat en langue anglaise, citant Ali Khashani, porte-parole de l’aéroport Imam-Khomeini. « L’avion a pris feu après s’être écrasé », selon cette télévision.

  • Le contrôle technique passé il y a deux jours

Selon la compagnie Ukraine International Airlines, l’avion était neuf et avait passé son contrôle technique il y a deux jours. « L’avion a été fabriqué en 2016, il a été reçu par la compagnie aérienne directement de l’usine (Boeing). L’avion a subi sa dernière maintenance technique régulière le 6 janvier 2020 », a déclaré Ukraine International Airlines sur Facebook précisant suspendre la liaison aérienne avec Téhéran.

Lire l’article complet