Consommation d’alcool

Lorsqu’on est étudiant, les occasions de faire la fête ne manquent pas. Face aux dangers de l’alcool, mieux vaut apprendre à moins lever le coude avant qu’il ne soit trop tard. Les conseils d’une psychologue-alcoologue.

Vous vous souvenez peut-être du slogan : « Un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts ! »* Mais quand l’alcool coule à flot, comme dans les soirées étudiantes, c’est une autre paire de manches ! « Il y a des occasions de boire tous les jours, ce qui compte, c’est d’adopter une consommation responsable. »

Loin de prôner une attitude « zéro alcool », une spécialiste donne des clés pour permettre à tout un chacun de garder la main. « Si l’on boit peu, il faut essayer de boire moins souvent, si l’on commence à boire souvent, il faut essayer de ne pas augmenter les quantités. »
 
Plus facile à dire qu’à faire, tant la consommation d’alcool est liée à un effet de groupe difficile à endiguer. « Ce n’est pas simple de dire nonSi l’on n’y arrive pas, la solution peut être d’en parler à ceux de notre entourage qui y parviennent. » Ces derniers pourront, a minima, garder un œil sur vous.
 
« Il faut aussi garder à l’esprit que l’on n’est pas tous égaux face à l’alcoolVotre limite peut être plus basse que celle des autres, et tout le monde ne va pas se remettre aussi facilement après une soirée arrosée. » 







Soutenez-nous, partager cette page à vos amis(es)