Kiki Bertens

Kiki Bertens, née le  à Wateringen, est une joueuse de tennis néerlandaise, professionnelle sur le circuit WTA depuis 2009.

En avril 2012 au Grand Prix du Maroc, elle se qualifie pour la deuxième fois pour le tableau principal d’un tournoi WTA et atteint ensuite la finale où elle s’impose contre Laura Pous Tió. Grâce à ce succès, elle intègre pour la première fois le top 100 mondial à la 92e place.

En mai, au tournoi de Nuremberg, elle bat la 7e joueuse mondiale, Roberta Vinci (6-4, 7-64) au deuxième tour après être sortie des qualifications. Elle atteint ensuite la finale où elle bat facilement Mariana Duque Mariño (6-2, 6-2) et remporte son deuxième titre en simple avec 100 % de réussite en finale.

La semaine suivante, elle participe à Roland-Garros et y réalise son meilleur résultat en tournoi du Grand Chelem en atteignant les demi-finales. Après avoir battu la 3e mondiale Angelique Kerber au premier tour (6-2, 3-6, 6-3), l’Italienne Camila Giorgi (6-4, 6-1), puis la tête de série numéro 29, Daria Kasatkina (6-2, 3-6, 10-8) au terme d’un gros dernier set et enfin la tête de série numéro 15, Madison Keys (7-64, 6-3). Par la suite, la 9e mondiale Timea Bacsinszky en quarts de finale (7-5, 6-2) en h 52 pour atteindre le dernier carré. Elle perd contre la no 1 mondiale Serena Williams, (67-7, 4-6) en h 38 après avoir fait jeu égal dans le premier set, et bien abordée sa première demi-finale dans cette catégorie de tournoi.

En juillet, encore sur terre battue au tournoi de Gstaad, elle arrive jusqu’en finale en battant Tamira Paszek en trois manches, Claire Feuerstein et Irina Khromacheva en deux manches, puis en demie, elle bat la tête de série no 1, encore une fois la Suissesse Timea Bacsinszky (7-5, 7-61) comme à Roland-Garros. Mais perdra (6-3, 4-6, 3-6) contre une autre Suissesse Viktorija Golubic, disputant sa première finale en carrière.

2017. Début difficile puis deux titres

Elle revient avec des performances sur terre battue, au tournoi de Madrid en se qualifiant pour les quarts de finale sans perdre de set, en battant Ekaterina Makarova (6-1, 7-64), Timea Bacsinszky (6-2, 6-2) et Irina-Camelia Begu (6-1, 7-5). Signant son premier quart dans un Premier Mandatory, mais vaincue (3-6, 3-6) par Anastasija Sevastova.

Avec la confiance, elle enchaîne bien au tournoi de Rome, pour son premier tour elle bat difficilement Monica Niculescu, puis expédie Catherine Bellis et passe la Russe Ekaterina Makarova (7-63, 6-1) pour aller à nouveau en quart ; là elle affronte et bat facilement (6-3, 6-3) la qualifiée, Daria Gavrilova pour atteindre le dernier carré où elle affrontera, Simona Halep 4e mondiale. Elle est vaincue (5-7, 1-6) en 1 h 17 après un premier set encourageant.

La semaine suivant, elle réussit à conserver son titre au tournoi de Nuremberg sans perdre de set. En battant : Katharina Gerlach, Annika Beck (7-5, 6-2), Alison Riske (6-4, 6-3), puis sur abandon Misaki Doi et enfin en finale la qualifiée, Barbora Krejčíková (6-2, 6-1) facilement en moins d’une heure.

Après des tournois sur gazon sans grande réussite, Kiki revient sur terre à Gstaad. Ne perdant aucun set jusqu’à la finale, où elle s’impose (6-4, 3-6, 6-1) contre la jeune Anett Kontaveit, cette victoire lui fait du bien, au point d’en avoir pleurée après la balle de match.

2018. La consécration : 1er titre en Premier 5 à Cincinnati et meilleur classement de fin de saison

Après un début d’année catastrophique, Kiki Bertens remporte le titre lors du Volvo Car Open de Charleston le 8 avril, en dominant aisément l’Allemande Julia Görges en deux sets secs (6-2, 6-1).

Les deux joueuses avaient disputé leur demi-finale quelques heures auparavant où elle avait remportée son match difficilement (6-4, 62-7, 7-65) face à Madison Keys. La principale intéressée s’est réjouie de cette victoire, déclarant notamment effectuer un « début parfait de saison sur terre battue ». Après au tournoi de Madrid, elle passe en deux manches María Sákkari (6-4, 6-4), puis la tête de série numéro 15, Anastasija Sevastova (6-1, 6-4) et la no 2 mondiale, Caroline Wozniacki (6-2, 6-2) pour arriver an 1/4 de finale. Là elle s’offre la Russe Maria Sharapova (4-6, 6-2, 6-3) en faisant preuve de patience après la perte du premier set, puis elle bat facilement (6-2, 6-2) en tout juste une heure, la 7e mondiale Caroline Garcia pour atteindre sa première finale de Premier Mandatory. Dans un match intense et serré, elle s’incline (66-7, 6-4, 3-6) en 2 h 52 contre la 10e mondiale, Petra Kvitová15. Enfin à Roland-Garros après deux premiers tours réussis contre les Biélorusses Aryna Sabalenka et Aliaksandra Sasnovich, elle perd en deux tie-breaks contre la tête de série numéro 12, Angelique Kerber.

Après une tournée préparatoire sur gazon compliquée, Bertens s’avance à Wimbledon sans repères en tant que tête de série numéro 20. Elle passe tranquillement la qualifiée Barbora Štefková, puis Anna Blinkova avant de vaincre dans un long bras de fer, la finaliste sortante et 9e mondiale, Venus Williams (6-2, 65-7, 8-6) pour atteindre la seconde semaine. Puis confirme sa victoire en s’imposant (6-3, 7-61) face à la 8e mondiale, Karolína Plíšková et ralliant pour la première fois les quarts de finale au All England Club. Après le gain du premier set, elle s’incline (6-3, 5-7, 1-6) contre la tête de série numéro 13, Julia Görges en presque deux heures.

2019. Meilleur classement en carrière : 1er titre en Premier Mandatory à Madrid et déception en grand chelem

En janvier à Sydney, elle perd en demi-finale contre la locale Ashleigh Barty en trois sets accrochés. À l’Open d’Australie, Bertens déçoit en s’inclinant au 2e tour face à Anastasia Pavlyuchenkova en trois manches.

Lors du tournoi de Saint-Pétersbourg en tant que tête de série numéro 2. Elle se qualifie pour la finale après sa revanche sur la Russe Pavlyuchenkova (6-2, 3-6, 6-0) et la 10e mondiale, Aryna Sabalenka (7-65, 6-2) en 1 h 38. Elle remporte le premier titre de sa saison face à la Croate Donna Vekić (7-62, 6-4) et lançant enfin son année.

Bonus photos :

Pas de commentaire possible