Ophélie se raconte

Bien sûr, à la lecture de mon texte, certains mauvais penseurs sauront me traiter de s… et ils auraient bien tort car je ne suis pas la fille facile qu’ils pourraient s’imaginer. J’aime le sexe, j’aime l’amour surtout et les sentiments.

 

Je ne compte pas le nombre de fois où je fus amoureuse avant de rencontrer John. Quand on a à peine 16 ans, on tombe devant un bel acteur, un beau mec, voire même son prof de sport! Mais ça s’arrête là. J’ai perdu ma virginité avec John et avec lui, ma timidité. Je me suis découvert des pouvoirs et des plaisirs que je ne connaissais que par la vision en cachette de films classés X.

Après trois ans de vie avec John, j’ai beaucoup appris: la connivence et l’amour n’interdisent pas les pulsions pour d’autres personnes. En tant qu’étudiante, je voyage pas mal à l’étranger. J’ai donc envie de vous conter une rencontre avec une fille vraiment sympa. Ce fût ma première expérience sans John, je ne le regrette pas car j’ai des souvenirs à lui raconter qui le font craquer littéralement!

Dans cette ville du sud de l’Angleterre, je n’avais pas grand chose à faire par cette journée de samedi. Les cours n’ont pas lieu pendant le week-end. Je prends la décision d’aller me promener dans la campagne environnante, profitant du beau soleil. J’ai le look parfait de la petite étudiante comme j’aime à le montrer : mini-jupe, tee-shirt et petites chaussures légères, un sac à dos discret. Je prends le bus qui va jusqu’à l’extrémité de cette ville d’importance très moyenne.

Le bus est vide. À quelques stations plus loin, une jeune anglaise monte. Je suis surprise par la beauté de son visage, elle a aussi de longs cheveux comme les miens. Elle s’approche de moi et me dit bonjour. J’ose alors lui demander en anglais comment elle entretient ses cheveux. Nous bavardons alors, ce qui me laisse le loisir de bien l’observer. Elle est habillée d’une jupe mi-longue et d’un chemisier à fleurs. Elle semble être jeune si ce n’est que de petites rides presque imperceptibles sur le coin des yeux trahissent sans doute une trentaine d’années. J’apprends son prénom: Kathy. Ses cheveux sont de la même couleur que les miens.

Je crois que toutes les deux ne nous sommes pas rendues compte du temps et des stations qui passaient. Au terminus, nous descendons. Kathy me demande où je me rends et je lui réponds que je vais me promener dans la campagne. Elle se propose alors de m’accompagner car elle n’a pas autre chose à faire. J’accepte bien volontiers sa présence. Elle me guide alors à travers les champs qu’elle connaît depuis sa plus tendre enfance, m’explique les petites histoires de la région. Elle me dit qu’au milieu d’une forêt qui se trouve tout proche, il y a une cabane abandonnée où elle aimait ramener ses petits amis. À cette information, je suis agréablement surprise car je ressens depuis la sortie du bus une certaine attirance pour cette anglaise d’apparence ingénue. Je lui demande si nous pouvions y aller maintenant. Elle me regarda fixement, acquiesça un mouvement de tête pour dire oui et nous nous mettons à rire. Elle me prit la main. Nous marchons dans la direction de cette forêt. Je me sens en confiance avec Kathy.

C’est un cabanon en bois qui n’est pas si abandonné que cela. Elle m’explique alors qu’elle aime bien encore venir de temps à autre ici. Elle m’invite à entrer. Un peu méfiante, je regarde autour de moi, puis j’inspecte le lieu. Tout va bien. À l’intérieur, c’est propre, entretenu. Kathy ferme doucement la porte derrière moi, elle reste le dos collé sur le mur. La pièce unique n’est pas grande, il n’y a pas de meuble: c’est vide. Je me retourne vers Kathy. Pendant quelques minutes, nous nous observons, nous dévisageant avec force et envie aussi. Kathy s’approche de moi, plus encore, et elle me prend les deux mains… qu’elle approche vers sa bouche. Elle les baise doucement. Je lui dis que c’est bon et elle continue…

Puis, ses mains entourent ma taille, les miennes aussi et nous nous embrassons. Oh pas un petit baiser, une pelle sensuelle et profonde. Sa langue entoure la mienne de milles attentions. Nous avons toutes le deux les yeux ouverts pour observer le plaisir de l’autre.

Kathy recule d’un demi-pas, elle commence à ôter mon tee-shirt, mes bras se levant au ciel. Puis elle enlève ma mini-jupe en la faisant glisser le long de mes jambes. Je lève un pied, puis l’autre pour dégager la jupe. À mon tour, je dégrafe sa jupe puis enlève sont chemisier en déboutonnant un à un les boutons. Doucement, elle se met à genoux devant moi, me prodigue des baisers le long de mon corps, et arrivée à la culotte, elle la fait glisser à son tour vers le bas. Au même moment, j’ôte mon soutien que je jette à terre. Elle se retourne en se relevant, je lui ôte son propre soutien rose puis à mon tour, lui enlève la culotte.

Nous voici toutes les deux nues, heureuses de nous plaire. Kathy se retourne, s’approche de nouveau, nos seins entrent en contact, moment magique, et nos lèvres à nouveau se rencontrent. Ma jambe droite se soulève parfois pour caresser la jambe gauche de Kathy. Doucement, je me mets à genoux pour explorer ce corps chaud: ses seins sont superbes, son ventre bien plat et son sexe est épilé.

Je pense que c’est depuis ce jour que j’aime les chattes épilées… Ma langue est irrésistiblement attirée par ce terrain tout lisse: je le lèche langoureusement pendant que les mains de Kathy me caressent les cheveux. Kathy écarte légèrement les jambes pour laisser ma langue touché s’est lèvres vaginales d’abord et toute son intimité ensuite. J’ai un peu peur de trouver un sexe impropre mais il n’en ai rien. Avec beaucoup de plaisir je goûte à ce sexe et j’y prends un plaisir certain. Je mouille de plus en plus. Kathy le sent: elle s’allonge sur le dos à même le sol, m’invite à continuer. Mais cette fois, je présente aussi ma foufounne à son visage. Et dans un 69 endiablé, nous nous léchons clitos, lèvres vaginales…

Kathy hasarde un doigt dans mon vagin, puis un deuxième. Je gémis de contentement. Elle va et vient alors en moi. Je suis tellement excitée par ce mouvement, que mon index lui titille l’anus. Elle n’a pas l’air de refuser son entrée: il entre doucement, doucement dans son anus. Elle gémit à son tour, me demande de la pénétrer au plus profond. Je vais et je viens dans son anus, pendant qu’elle met un troisième doigt dans mon vagin totalement mouillé de plaisir. Mon autre main qui caressait jusque là l’une de ses jambes, revient, et je caresse vigoureusement son clitoris, ma langue s’attardant sur son pubis.

À son tour, Kathy entra un doigt dans mon anus. Je lui fais comprendre qu’elle peut continuer.

 

Nous arrivons à l’orgasme chacun notre tour, nos muscles se raidissent, nos respirations s’accélèrent, nos doigts sont prisonniers des orifices comblés, et dans un cri, nous laissons éclater le summum du plaisir. Nous nous roulons par terre, et je me retrouve sur le dos. Nos langues continuent à lécher pour prendre plus de plaisir encore. Nous sommes toutes les deux gourmandes de cet orgasme, nous continuons à nous caresser nos sexes pendant plusieurs minutes encore.

 

Plus tard, dans les bras l’une de l’autre, Kathy m’apprend qu’elle a un petit ami, qu’elle me le présentera. Il est plus jeune qu’elle et est plein de fougue. Aussi, elle est heureuse de rencontrer des filles gentilles et douces pour faire d’autres expériences de son corps. Elle me demande si les trios ne me dérangent pas. Je lui réponds que non si le garçon est beau ou si la fille est belle. Nous nous quittons en nous donnant rendez-vous le lendemain après-midi à son appartement.

 

J’accepte.

 

Le lendemain, je pénètre dans ce petit studio sympa. Nous recommençons nos jeux à deux mais elle me propose de nous couvrir d’huile. Je trouve cela plutôt excitant. Et nous voilà faisant l’amour au milieu de son petit salon.

Je suis partie d’Angleterre avec le souvenir d’une jeune femme douce, pleine d’amour. Nous nous sommes promises de nous revoir avec nos petits amis, histoire de vivre d’autres expériences encore, plus torride encore.

Soutenez-nous, partager cette page à vos amis(es)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.